WoolisNotCool_venus.jpg
 

wool is not cool

Il y a comme une sorte de process quasi systématique dans la prise de conscience que l’on peut avoir à propos de la cruauté dans la mode :
D’abord, et ça fait presque l’unanimité, c’est le principe de la fourrure qui nous répugne. C’est un peu « la base » j’ai envie de dire. 

Puis, pour celles et ceux que le sujet intéresse plus que ça, on creuse et on découvre rapidement que le cuir et le duvet recourent à des méthodes toutes aussi immondes. 

Ce n’est que bien ensuite qu’on se pose la question de la laine.  C’est pour ça que j’avais profondément envie de faire un focus là dessus. Parce que c’est important que tout le monde connaisse la vérité.

Oui parce qu’au premier abord, on a tous inconsciemment cette vision naïve et old school du petit fermier qui rase gentiment son mouton une fois dans l’année et tout le reste du temps l’emmène gambader dans les montagnes. 

Alors qu’en fait, si on y réfléchit bien, de nos jours cette image n’existe plus que dans la Petite Maison dans la Prairie. Eh ben oui, car c’est bien d’industrie de la laine dont on parle.
Et qui dit « industrie », dit « profit » et donc « pas le temps ». (Et oui parce que tout le monde sait bien que « le temps c’est de l’argent »)

Pas le temps de faire gambader les (milliers de) moutons de l’élevage. 

Pas le temps d’être sympa et de prendre soin de ne pas les blesser (lacérer) en les rasant (jusqu’au sang !).

Pas le temps de les faire rentrer dans leur cage, non c’est plus simple de (littéralement !!) les lancer en l’air. 

Pas le temps de faire attention à ne pas leur marcher dessus et tant pis si écrase quelques têtes ou casse quelques têtes au passage. 

Pas le temps de les anesthésier pour les castrer, on fait ça à vif. 

Pas le temps de traiter avec des médicaments les petites larves qui aiment tant se loger sur leurs arrières trains et abîment ensuite leur pelage. On leur coupe carrément toute la tranche de chair autour de l’anus - sans anesthésie non plus, ni anti-douleurs bien sûr (cet acte barbare est appelé « museling »).

Et puis pas le temps non plus d’attendre trop longtemps que les poils repoussent donc on y va, on tond, on tond à fond, même s’il neige et que les moutons peuvent mourir de froid, même s’ils sont recouverts de plaies sanguinolentes et qu’ils souffrent le martyr (parce que oui oui, ça souffre aussi un animal lorsqu’on le violente). 

Je recommande d’ailleurs vivement cet article de Médiapart qui résume parfaitement cette réalité et ses problématiques.

Tu n’y crois pas ? Tu te dis que ça n’est pas possible qu’il existe des gens qui soient à ce point dénués de morale et de sensibilité ? 

Alors tu peux voir ici  et des images véridiques tournées dans différents élevages. Et ben ça file la gerbe… 

En fait, on a oublié d’avoir le temps d’être humain.

Et je suis sidérée que personne ne fasse rien pour interdire ces pratiques. Personne. Ni les politiques, ni les marques, ni les éleveurs - personne. 

C’est donc encore une fois à nous, consommateurs, de tenter de changer la donne en informant, dénonçant et en refusant de financer ce business (qui, au passage, se trouve être catastrophique pour l’environnement car je précise que le méthane rejeté naturellement par les moutons est une des principales causes des gaz à effet de serre).

Et je ne parle pas du sort qui attend les moutons qui sont ensuite envoyés en masse dans des conditions de transports impensables aux quatre coins du monde pour être tués  (si toutefois ils réussissent à survivre à l’infâme voyage) puis vendus à l’industrie agro-alimentaire.

Alors oui, maintenant que tu sais tout ça, tu paniques car :

  1. bon ben déjà, tu es débectée / révoltée / déprimée / abattue par ces faits

  2. et puis tu te demandes comment tu vas te saper cet hiver du coup ?

C’est vrai que dans ce domaine précis, il n’y a pas encore des masses d’alternatives. Dans le sens où à part le chanvre, peu de matières végétales seraient aussi chaudes que la laine et qu’à côté de ça c’est difficile de trouver de jolis modèles

Mais ne t’inquiète pas, on y travaille sérieusement et j’espère pouvoir t’en dire un peu plus dans les mois à venir ;-)

En attendant, résistons au froid de manière plus sensée PLEASE !