Funky_Santa.png
 

Et joyeux noël Félix…

Les lutins, les rennes et la fausse neige ont envahi les vitrines de magasins. La nuit déprimante qui tombe à 17h est désormais éclairée par la magie des fêtes. Les papas vont chercher le sapin. Les mamans s’occupent de la déco. Les enfants s’empressent d’ouvrir les petites cases du calendrier de l’avent. Tous se préparent à vivre ce moment féérique suspendu dans le temps. Cette parenthèse enchantée où la terre semble s’arrêter de tourner l’espace de quelques jours. 

C’est cette fameuse période où on nous fait croire que la vie est comme dans un film américain.

Alors, désolée de plomber l’ambiance, mais j’aimerais prendre quelques minutes pour tourner le projecteur sur l’envers du décor.

Parce qu’en réalité, Noël c’est plutôt : 

  • L’accélération des abattages en masse des animaux et le gaspillage qui en découle : 2,5 millions de dindes tuées en France juste pour l’occasion, 26 000 tonnes de foie gras, 15 000 tonnes d’escargots, 1 million de tonnes de saumons (soit 38 kg consommés par seconde !!) et j’en passe… Comme si s’empiffrer jusqu’à épuisement était le symbole absolu de Noël.

  • L’endettement des foyers les plus modestes afin que le Père Noël ne passe pas pour un loser.

  • 5,5 millions de sapins gâchés rien qu’en France + l’équivalent d’un réacteur nucléaire pour alimenter les illuminations + 1,2 millions de tonnes de paquet cadeau + 17,2 tonnes de carbone en plus dans le monde (pour nous livrer nos super cadeaux) = un impact environnemental des plus désastreux !

  • 707 millions de jouets (peu éthiques en tous points de vue) vendus dans le monde.

Sans parler des enfants surexcités et toi qui perds à peu près 5 ans d’espérance de vie… 

Noël est juste devenu la triste incarnation de la boulimie et de la surconsommation généralisées. L’orgie 2.0, capitaliste et irraisonnée, dont les conséquences sur la planète (nature, animaux et humains) sont un enfer.

Non seulement je suis écoeurée par l’outrance et sa banalisation. Mais je déplore surtout le manque de compassion en ce jour supposément altruiste et bienveillant. 

Derrière sa (fausse) jovialité affichée, Noël est juste le summum de l’hypocrisie.  Une scène de crime géante. 

Donc pardon encore de jouer les trouble-fêtes mais de mon point de vue, Noël n’a rien d’un film américain. C’est plutôt « le Père Noël est une ordure »

PS : les chiffres proviennent du très bon article de Vegan Pays Basque